Test Goldeneye 007 Wii



S’attaquer à Goldeneye 007, c’est comme s’attaquer à la trilogie Retour vers le Futur, il n’est pas concevable de faire n’importe quoi avec ce genre de références! Pourtant Electronic Arts avait commis l’irréparable avec Goldeneye: Au Service du Mal en 2004, un FPS sans grande saveur qui portait juste le nom d’un pilier du monde vidéoludique. Alors quand Activision a annoncé un remake de l’opus Nintendo 64, on peut dire que de nombreux gamers étaient sceptiques à l’idée de retrouver Bond sur Wii. Disponible depuis le 5 novembre 2010, Goldeneye 007 est un FPS développé par Eurocom. Exit Rareware et bonjour à ce studio totalement inconnu! Contrairement à ce qui a été dit durant la campagne de promotion du soft, cette aventure ne sera pas un remake, mais plutôt une nouvelle approche du film de Martin Campbell avec Daniel Craig dans le costume de l’agent britannique! Fans du long métrage, fans de l’épisode Nintendo 64, qui peut vraiment s’y retrouver avec cette version à la sauce Activision? Beaucoup de chose à dire à travers ce test…

Arrivée sur le barrage en compagnie de 006...pour l'Angleterre James!

Bond au MI6!

Les services de renseignements britanniques ont un œil sur un certain Général Ourumov. Ce haut gradé russe semble rechercher des informations sur une arme secrète dévastatrice capable de lancer des attaques électromagnétiques de grande envergure. Bond et l’agent 006 sont donc envoyés sur un barrage pour récolter des preuves de l’implication du Général. Dans les grandes lignes, nous ne sommes pas si loin du film et le jeu débute de la même manière que l’opus Nintendo 64. Qui dit nouvelle approche, dit changement, et il ne faut pas longtemps pour constater que le casting original s’est totalement volatilisé! On ne retrouve pas l’acteur Sean Bean dans le rôle de 006, Tcheky Karyo n’incarne pas Dimitry Mishkin, Orumov et sa ganache manquent cruellement de caractère, bref le charisme n’est plus vraiment au rendez-vous. On note que le personnage de Boris Grishenko n’apparait même plus dans le scénario et que Valentin est devenu un truand proxénète sans envergure!

Petit phase originale dès les premières minutes!

Si la distribution est totalement à côté de la plaque, on peut cependant souligner la mise en scène qui est exemplaire avec des scènes cinématiques dynamiques et explosives. Ces dernières reprennent des moments forts du film et montrent la volonté de donner du rythme au titre! Malgré ces efforts, il arrive que le joueur oublie qu’il joue à un James Bond! Ceci est dû principalement à l’absence totale de gadgets, oubliez la montre laser et autres remote mines, cette version 2010 a rayé tout ça du mode solo! Il faut aussi préciser que vous allez vous rendre dans des destinations bien différentes de celles du film. Par exemple, l’expédition à Cuba a été remplacée par un périple en Afrique. Ceci est un peu déroutant mais cette fraicheur est plutôt bien venue!

Côté réalisation:

Certains trailers pouvaient laisser présager le pire, mais les développeurs d’Eurocom ont mis les mains dans la graisse pour nous servir un soft qui visuellement tient bien la route. Commençons par les décors en extérieur qui sont bien aboutis, variés, avec de nombreux détails et autres effets (pluie, brouillard, neige etc…). Les fans de l’opus Nintendo 64 seront heureux de découvrir la nouvelle mission à Severnaya qui est une franche réussite. Les niveaux en intérieur explosent un peu moins l’écran mais l’originalité et au rendez-vous, notamment avec la mission à Barcelone en plein cœur d’une boite de nuit. A la fois surprenante et stylée, cette petite virée sur la piste de danse dispose d’une mise en scène très appréciable. L’effet de la foule avec l’utilisation de sprites en 2d fonctionne bien.

La mission dans le night club et son ambiance très réussie!

D’autres environnements restent un peu plus classiques et moins inoubliables, mais le joueur voyage pas mal à travers les missions du jeu. Le level design des missions a bien été pensé, même si on aurait aimer avoir plus de clins d’œil à l’opus Nintendo 64. Quelques interactions sont possibles avec le décors avec des éléments destructibles afin de dynamiser les gunfights. La modélisation des personnages reste honorable et on a aucune difficulté à reconnaitre Daniel Craig. Même si les autres personnages secondaires manquent cruellement de charisme, ils sont pour la plupart bien modélisés avec des expressions faciales assez propres comme dans la toute première scène avec 006. Petit commentaire sur les différentes armes qui ont un look bien réussi. Dans certaines séquences il y a tout de même énormément de monde à l’écran avec des explosions et la fluidité peut prendre un petit coup au moral dans ce genre de situation! On note aussi un effet de flou assez étrange et dérangeant lorsque vous rechargez votre arme. Malgré quelques défauts, le jeu d’Eurocom est dans l’ensemble beau et soigné!

Golden Pad en main!

Comme on peut le voir derrière la boite, le titre nous offre bien des possibilités pour trouver une manière confortable de jouer! Combo Wiimote/Nunchuck, manette GameCube, pad classique et même le Wii Zapper, avouez que là il faut le faire exprès pour ne pas trouver des contrôles adaptés! Le combo Wiimote/Nunchuck demandera une certaine dextérité afin d’être efficace dans les grosses scènes d’action, mais cette jouabilité n’est pas dénuée d’intérêt! L’ergonomie du pad classique semble tirer son épingle du jeu et on retrouve très rapidement ses marques avec celui-ci malgré le manque de vibrations!

Bienvenue à Severnaya!

Le gameplay de ce titre ne va pas révolutionner le FPS, mais il propose quelque chose d’efficace et d’intuitif! L’infiltration n’a pas été négligée et il est possible de progresser en silence en utilisant le silencieux et les attaques discrètes au corps à corps. Les ennemis appellent directement des renforts lorsqu’ils vous repèrent alors il est préférable de les éliminer avant d’encaisser des bonnes rafales d’AK-47! Bond peut sprinter, passer par dessus des obstacles, ramper, et il a à sa disposition un système de couverture plutôt simple mais qui fonctionne pas mal. En revanche on regrettera l’absence de gadgets qui auraient pu enrichir le gameplay et nous rappeler que nous sommes bel et bien dans un James Bond. Les joueurs de FPS pourront reprocher une certaine lourdeur lors des déplacements du héros. Il faut ajouter que des actions contextuelles sont présentes (QTE), notamment lors des combats contre certains boss.

L’espion qui était mal doublé!

Parlons un peu de l’ambiance sonore de ce Goldeneye 007. Eurocom a mis un point d’honneur à nous proposer des bruitages bien fichus afin de créer une certaine atmosphère dans chaque lieu visité. Hurlements de loups à Severnaya, bruits de soirée au night club, cris d’otages désespérés dans le complexe,  ou encore balle qui ricochent contre différentes surfaces, c’est du beau travail! En revanche, on va sortir la règle et taper sur les doigts des mecs d’Eurocom pour le doublage français qui est catastrophique. Certes c’est localisé, mais les acteurs n’ont aucune conviction lorsqu’ils balancent leurs répliques, quel dommage! Concernant les musiques, il faut dire qu’elles se font très discrètes et qu’elles manquent de sonorités « bondesques », même si on retiendra le thème original de Goldeneye interprété dans cette version par Nicole Scherzinger des Pussycat Dolls dans le générique.


Durée de vie

La campagne solo est assez solide avec ses nombreuses difficultés disponibles. Recrue, agent, 007, classique 007 et le diabolique mode contre la montre, les gamers chevronnés vont pouvoir s’en donner à cœur joie. Oubliez le mode recrue qui consiste uniquement à parvenir à la fin de la mission sans vraiment remplir d’objectifs et avec une intelligence artificiel au raz des pâquerettes et lancez vous dans le mode 007 qui est bien plus intéressant! Comptez un peu plus de 10 heures pour boucler le solo en 007, et beaucoup plus en Classique 007 car votre vie ne remonte pas et il faudra récupérer des gilets par balles comme à l’époque! On trouve bien sûr un mode multijoueur en écrans splittés jusqu’à quatre avec pas mal de modes de jeu! Cependant on ne peut pas ajouter de bots, sachant qu’on pouvait le faire dans Perfect Dark sur N64 ça fait un peu tâche… Pour finir, le soft propose un mode mutli en ligne très complet qui fonctionne très bien avec un système d’expérience. On trouve rapidement une partie, c’est fluide, les maps sont bien pensées et les joueurs sont plutôt nombreux! Ce soft devrait vous occuper un bon moment, et bien plus si vous comptez squatter le multi!

Retour aux sources, Jaws, Odjob et bien d'autres font leurs come back sur le multi!

Verdict:

Points forts: Efficacité du gameplay, certains décors impressionnants, mise en scène, campagne solo, stabilité du mode en ligne, le retour des personnages d’antan

Points faibles: Doublages calamiteux, pas de gadget, où est passé Boris, quelques ralentissements, musiques assez neutres, massacre de Valentin, exit Pierce Brosnan…

On peut clairement dire que ce Goldeneye 007 sur Wii est un FPS de qualité, avec assez d’ingrédients et de fun pour passer un excellent moment. Beau, bien jouable, avec son contenu conséquent, le titre d’Eurocom a de sérieux arguments pour s’imposer comme étant l’un des meilleurs jeux du genre sur la console de Nintendo. Mais voilà, le jeu s’appelle Goldeneye, et on attendait forcément quelque chose de particulier de ce dernier. On ne retrouve pas le panache et le génie de Rareware dans cette mouture 2010, et on est bien souvent tiraillé entre nostalgie et réalisme.

Voici donc le fameux générique du jeu interprété par miss Pussycat:

Image de prévisualisation YouTube

Ciao les amigos!

Be Sociable, Share!
04déc