[Test] Pokémon X et Y



Salut, tout le monde !

Souvenez-vous, il y a déjà plus de 15 ans, Pokémon version Rouge et Pokémon version Bleue arrivaient sur le vieux continent. Cet instant a marqué le début de cette grande série de jeux vidéo à succès qu’est Pokémon.

Souvenez-vous, en janvier 2013, M. Satoru Iwata avait fait une rétrospective complète sur la série Pokémon, des origines jusqu’à Pokémon versions Noire 2 et Blanche 2. Souvenez-vous plus précisément du tout premier trailer des jeux dont je vais vous parler, la 6ème génération de Pokémon venait de démarrer.

Nous sommes en octobre 2013, ces fameux jeux sont sortis simultanément dans le monde entier. Et il est temps que je vous en parle ; place à Pokémon X et Pokémon Y !

 

Entre l’annonce des jeux par M. Iwata et leur sortie, on a eu droit à un paquet d’annonces et de révélations : à commencer par la révélation des trois Pokémon de départ de cette génération : Marisson, Feunnec et Grenousse. Un principe pris et repris depuis les tout premiers jeux, en somme, mais qui a été plus ou moins modifié : en effet, ce n’est pas le Professeur Pokémon qui vous le remet en mains propres mais un de vos rivaux.

Un peu plus tard dans l’aventure, on a la possibilité de récupérer un 2ème Pokémon de départ. Mais pas n’importe lesquels : je parle ici de Bulbizarre, Salamèche ou Carapuce, connus également comme étant les starters de la 1ère génération. Établir de cette façon un lien entre les origines de la série et ces jeux est une bonne initiative de la part de Game Freak, selon moi. Ça doit raviver des souvenirs chez les fans de longue date parmi vous, n’est-ce pas ?

S’ils ont eu l’idée d’intégrer ces starters remontant aux origines, il y a également une autre raison. Souvenez-vous, jusqu’à la 5ème génération (Pokémon versions Noire, Blanche, Noire 2 et Blanche 2), certains Pokémon pouvaient évoluer, une ou deux fois selon les espèces et dans des conditions spécifiques. Ces évolutions étaient définitives.

Dans Pokémon X et Y, le concept d’évolution prend un nouveau tournant car un Pokémon ayant atteint le stade final de sa lignée d’évolution peut encore augmenter sa puissance dans le cadre d’une Méga-Évolution. Ce genre d’évolution ne survient qu’en combat et est temporaire, mais peut surprendre au premier abord. Cette nouveauté a donné un grand coup de pied dans l’univers stratégique Pokémon avec les modifications des caractéristiques du Pokémon Méga-Évolué par rapport à sa forme normale.

Je trouve que le fait de pousser l’évolution encore plus loin est une excellente idée. Le lien avec les starters énoncés un peu plus haut est dû à la capacité de ces Pokémon à Méga-Évoluer, quand ils auront atteint leur stade final d’évolution ; et le fait de voir ces Pokémon encore plus puissants qu’avant suite à cette innovation a été une bonne surprise pour moi.

 

Qui dit nouvelle génération dit nouveaux Pokémon ! Mais néanmoins, je ne veux pas vous donner de faux espoirs : le nombre de nouveaux Pokémon atteint « à peine » 69, ce qui porte le total d’espèces connues à ce jour à 718 Pokémon (et à cela vont peut-être s’ajouter des Pokémon fabuleux, encore inconnus officiellement à ce jour). C’est le seul détail qui m’a déçu mais Game Freak a prévu de compenser avec de bonnes surprises dans les semaines à venir. Restons aux aguets, chers Dresseurs !

À défaut du Pokédex National moins enrichi que d’habitude, le Pokédex régional, lui, est bien rempli : ce Pokédex se divise en trois catégories, en fonction de la localisation des Pokémon sur la région de Kalos : le centre, les côtes et les monts. Chaque catégorie comporte 150 Pokémon, soit un total impressionnant de 450 Pokémon. On en arrive à cette fameuse devise associée à la série Pokémon depuis la nuit des temps : « Attrapez-les tous *music* » ! Le fait de mettre autant de Pokémon promet une durée de vie très élevée.

 

Parlons maintenant de la région de Kalos, le lieu de vos aventures dans Pokémon X et Y. Junichi Masuda, le directeur de Game Freak, s’est inspiré d’un pays particulier pour la beauté de ses paysages, notamment. Et devinez de quel pays il s’agit !

Eh oui ! Kalos a pour modèle la France ! Et ça ne s’arrête pas qu’au tracé de la région : certains lieux sont fidèles à quelques monuments ou villes de l’Hexagone : on peut citer Illumis (l’équivalent de Paris, dont la reproduction est très fidèle) ou la Tour Maîtrise de Yantreizh (qui rappelle le Mont Saint-Michel). Ajoutez à cela la possibilité de se faire prendre en photo devant un monument ou un lieu dit et vous obtiendrez un bel album de voyage ! Ça fait très plaisir de voir que Game Freak s’est inspiré de la France pour en faire la région et ça doit changer des régions qui étaient souvent inspirées de parties du Japon. Chapeau bas !

 

Le passage de la série Pokémon sur Nintendo 3DS implique évidemment une amélioration de la qualité graphique. Certes, la 3D stéréoscopique n’est pas activée partout (pour des raisons de performance, le jeu serait trop lent), mais les décors sont très bien réalisés. J’attire aussi votre attention sur le fait que l’ensemble des Pokémon sont désormais intégralement modélisés en 3D, alors que jusque là, il s’agissait de sprites 2D (éventuellement animés). Les animations de ces Pokémon sont également très bien travaillées, l’immersion du joueur au cœur des combats est très réussie !

De la même façon, les musiques ont gagné en qualité et je mets une mention spéciale pour certaines musiques en combat qui mettent clairement dans l’ambiance. Personnellement, j’ai beaucoup apprécié le fait de pouvoir mettre la musique de son choix au cours d’un combat Link : rien de tel pour se mettre dans l’ambiance lors d’un combat contre un joueur que vous considérez comme un rival ou un grand stratège !

 

La personnalisation fait un pas de plus avec cette nouvelle génération, un pas de géant, qui plus est ! Vous avez la possibilité d’incarner un garçon ou une fille (jusqu’à, rien de nouveau). Mais, et c’est là que la nouveauté commence, vous pouvez dès le début choisir entre 3 apparences. Et comme Game Freak ne s’arrête pas en si bon chemin, certaines boutiques permettent d’améliorer sa garde-robe et ainsi personnaliser intégralement son Dresseur ! Je trouve que c’est sans conteste une des nouveautés les plus intéressantes de ces jeux. À vous de trouver votre propre style et profitez-en pour monter votre Vidéo Dresseur, un petit clip vidéo entièrement personnalisable (décor, posture, effets, musique, etc…) permettant de vous présenter à d’autres joueurs.

 

Il y a encore beaucoup à dire au sujet de ces jeux, et également beaucoup de points positifs à vous montrer, mais je pense que la façon la plus simple mais aussi la plus efficace de vous montrer la qualité de la réalisation de Pokémon X et Pokémon Y serait tout simplement de vous inviter à y jouer par vous-même. N’hésitez pas à me faire part de vos impressions ou de vos avis sur ce test ou les jeux.

Pour conclure, je vous invite à revisionner l’émission Nintendo Direct, avec laquelle tout a commencé :

Image de prévisualisation YouTube

 

À très bientôt sur Code-Ami.fr ;-)

 

Be Sociable, Share!
28oct