Super Smash Bros. for Nintendo 3DS/Wii U : Clone ou pas clone ?



0

Salut, tout le monde !

Vous êtes très nombreux à jouer à Super Smash Bros. for Nintendo 3DS/Wii U, que ce soit pour le fun, pour la gloire, pour les deux ou aussi pour le côté encyclopédique. Et avec 49 personnages au casting (plus 2 en DLC, et encore d’autres à venir), il y a de quoi satisfaire tout le monde ! …Enfin presque.

Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que des joueurs considèrent que certains personnages sont des « clones » d’autres, en se basant uniquement sur les coups qu’ils utilisent. Je souhaite donc vous exposer mon point de vue sur la question suivante : « Combien de clones contient la liste des combattants de Super Smash Bros. for Nintendo 3DS/Wii U ? »

(Attention : Cet article est susceptible de contenir des révélations vis-à-vis de certains jeux.)


La théorie

Quand je vois les théories affirmant que tel ou tel personnage est le clone d’un autre, je constate généralement qu’il y a 3 problèmes :

  • Il y a des joueurs qui pensent que remarquer 2 ou 3 coups similaires est suffisant pour considérer que deux combattants sont des clones. Il faut creuser plus loin dans les observations !
  • C’est bien de comparer les coups. Mais il faut aussi évaluer leurs conséquences : une infime différence peut complètement changer la façon de contrôler le personnage !
  • Le principe de base de la série Super Smash Bros. est de réunir les personnages de différentes séries Nintendo, et parfois de séries tierces, pour les faire combattre, sachant que les coups qu’ils peuvent utiliser tentent de respecter au mieux leurs univers d’origine. Prendre en compte les origines des combattants est donc essentiel, et de nombreux joueurs oublient de le faire.

Dans le raisonnement que l’on va appliquer, il faudra faire preuve de rigueur : « presque pareil » ne signifie pas « identique ». Ma théorie s’appuie sur l’application de deux règles que voici. Deux combattants sont des clones si et seulement si :

  1. Ils viennent de la même série et sont inspirés du même personnage. Si c’est le cas dans les jeux d’origine, ça l’est aussi dans Super Smash Bros..
  2. Leurs coups sont parfaitement identiques et s’utilisent de la même façon. Par extension, la maniabilité des deux combattants doit être la même.

Je tiens à préciser qu’avoir une seule règle valide ne suffit pas pour avoir un clone ; il faut les deux. Aussi, ce n’est pas parce que tous les objets sont désactivés dans un combat que le Smash final n’existe pas ; ce coup sera donc pris en compte dans l’analyse.

Étudions maintenant quelques duos de combattants qui sont souvent sujets à controverse.


1

Link et Link Cartoon

Pour expliquer les origines de ces deux personnages emblématiques, j’ai besoin de faire un petit cours d’histoire hylienne. On considère que chaque opus de la série The Legend of Zelda (ou presque) met en scène un Link différent ; une incarnation différente du Héros du temps. À en juger par l’apparence graphique, Link Cartoon vient de l’épisode The Wind Waker ou des épisodes sur Nintendo DS. Quant à Link, je trouve que son apparence est à mi-chemin entre Twilight Princess et Skyward Sword (cet avis n’engage que moi).

Dans la chronologie des jeux, nous rencontrons une ligne temporelle principale qui démarre avec Skyward Sword et qui, après quelques jeux, se divise en trois à l’épisode Ocarina of Time, selon ce qui se passe à la fin du jeu. Si Link gagne contre Ganondorf puis redevient enfant en quittant l’épée de légende, on retrouve Majora’s Mask puis Twilight Princess et Four Swords Adventures. Si Link adulte gagne mais conserve l’épée de légende, on a The Wind Waker puis les épisodes Nintendo DS. Et si Link a perdu, on retrouve des jeux qui ne nous intéressent pas ici (A Link to the PastLink’s Awakening, etc…). Notons aussi que dans la majorité des cas, deux jeux qui se suivent dans la chronologie sont espacés de dizaines voire de centaines d’années. Ce sont de nombreux indices disséminés un peu partout dans les jeux de la série qui ont permis de construire cette chronologie.

Vous avez donc compris que le Link de Skyward Sword a vécu longtemps avant celui de The Wind Waker et que ce dernier est d’une ligne temporelle différente de celui de Twilight Princess. Bref : ces deux combattants ne sont pas issus du même personnage. La règle n°1 n’est pas valide.

Passons aux coups. Globalement, les coups de Link Cartoon sont plus rapides à préparer et il se déplace un peu plus vite que son homologue plus âgé. Il est également plus petit. Ce n’est pas aussi flagrant qu’entre Bowser et Olimar mais il est un peu plus dur à toucher que Link. Pour pousser l’analyse jusqu’au bout, pratiquement toutes les attaques spéciales personnalisées des deux personnages sont différentes. Bref : les attaques de ces deux combattants ne s’utilisent pas pareil. La règle n°2 n’est pas valide.

Conclusion : Link et Link Cartoon ne sont pas des clones !

2

Ganondorf et Captain Falcon

Il me semble assez évident qu’ils ne viennent pas de la même série : Ganondorf est l’antagoniste de nombreux jeux Zelda, Captain Falcon est le personnage le plus connu de la série F-ZERO. La règle n°1 n’est évidemment pas vérifiée.

Pour les coups, pas besoin de sortir un chronomètre pour voir que Ganondorf est nettement plus lent que Captain Falcon, en échange d’une puissance monstrueuse. Et dans la pratique ? Il faut simplement plus d’anticipation pour placer des coups avec Ganondorf. Notons aussi que leurs Smash finaux ne marchent pas pareil : coup en ligne droite pour Ganondorf, attaque devant pour Captain Falcon.

Ganondorf étant lourd, il est difficile de le mettre KO par Smash ; il peut assez facilement survivre à la plupart des attaques même après avoir encaissé 120% de dégâts, on ne peut pas en dire autant de Captain Falcon. De façon plus pratique, c’est surtout la différence de vitesse et de puissance qui va rendre les personnages distincts. D’ailleurs, des joueurs déclarent bien se débrouiller avec Ganondorf mais beaucoup moins avec Captain Falcon. L’inverse existe aussi. Bref, la règle n°2 n’est pas vérifiée.

Conclusion : Ganondorf et Captain Falcon ne sont pas des clones !

3

Pit et Pit maléfique

Même série MAIS histoires différentes. Pit est évidemment le personnage emblématique de la série Kid Icarus, déjà apparu sur le jeu NES. Une bonne vingtaine d’années plus tard, sur l’épisode Nintendo 3DS, Pit fait face à Pandora et doit détruire le miroir de vérité. Et c’est justement lorsque Pit détruit ce miroir que Pit maléfique est créé. Initialement un simple double ténébreux de Pit, il ne met pas longtemps à se rebeller contre Pandora.

Et depuis, les deux anges évoluent chacun de leur côté, parfois alliés, parfois ennemis. Bien que l’un soit originellement un double de l’autre, ils ont chacun leur personnalité et sont indépendants. La règle n°1 n’est pas respectée (mais cela reste discutable).

Les coups des deux anges semblent très similaires, MAIS ne nous arrêtons pas là (je répète : « similaire » ne signifie pas « identique »). Premier exemple d’attaque différente : les flèches tirées par l’arc (attaque spéciale neutre) de Pit maléfique sont plus puissantes mais plus difficiles à diriger que pour Pit. Deuxième exemple nettement plus flagrant : le Smash final. Chez Pit, il s’agit d’une rafale d’attaques. Chez Pit maléfique, c’est un coup unique et dévastateur en ligne droite. Vous trouvez que ce sont des copies parfaites ? Pas avec ces deux différences. La règle n°2 n’est pas respectée.

Conclusion : Pit et Pit maléfique ne sont pas des clones !

4

Mario et Dr. Mario

Mario, on le connaît tous (sauf le loustic qui dort au fond). Ici, il troque simplement sa salopette de plombier et ses boules de feu contre une blouse blanche et des pilules pour devenir Dr. Mario. Au fond, ils sont issus du même personnage, la règle n°1 s’applique.

Mais c’est là que les choses se gâtent ! Les coups spéciaux bas ne sont pas les mêmes : attaque tornade pour le Doc’, J.E.T. pour Mario. Pour le coup spécial haut, Mario donne plusieurs petits impacts alors que Dr. Mario donne un seul coup le long de la montée.

Autre différence un peu plus subtile : quand Mario exécute son attaque Smash côté, il y a une boule de feu au niveau du poing de Mario. Si ces flammes touchent la cible, elle prend plus de dégâts, en plus du coup de poing. Chez le Doc’, cet effet (électrique) s’applique non seulement au poing mais aussi au bras. Il est donc plus facile d’en profiter : en pratique, plus besoin de faire attention à la distance entre vous et votre cible. Bref, la règle n°2 n’est pas respectée.

Conclusion : Mario et Dr. Mario ne sont pas des clones ! (…bien que ce soit initialement le même personnage.)

5

Marth et Lucina

En tant que fan de la saga Fire Emblem, je ne vous cache pas que je déteste entendre dire que Marth et Lucina sont des clones. Voici les preuves du contraire !

Des explications venant de Fire Emblem: Awakening s’imposent. Assez tôt dans l’aventure, on fait la connaissance d’un personnage se présentant comme étant « Marth ». Quelques chapitres plus tard, on apprend qu’il s’agit d’une femme venant du futur et prétendant connaître l’avenir. Encore plus tard, elle révèle être Lucina, la fille de Chrom. Selon ses dires, Lucina aurait emprunté le nom de Marth pour espérer recevoir un peu de sa force pour sa mission. Donc, jusqu’à ce moment, « Marth » n’était qu’un surnom pour Lucina.

Le deuxième indice se cache dans le même jeu, dans une conversation de soutien entre Daraen et Tiki (niveau B, pour les curieux). Il est indiqué que le véritable Marth a vécu environ 2000 ans plus tôt par rapport aux événements du jeu et qu’il est une parenté lointaine de Chrom (et de Lucina, par extension). Je doute que l’espérance de vie d’un humain soit aussi élevée dans ce jeu. Bref, Marth et Lucina ne sont clairement pas le même personnage. Règle n°1 non respectée !

Concernant les coups, il y a de grandes ressemblances dans les mouvements d’épée. Mais regardons de plus près : pour Lucina, une même attaque infligera les mêmes dégâts, peu importe la partie de la lame qui touche la cible. Chez Marth, la même attaque inflige plus de dégâts et éjecte plus facilement si c’est la pointe de la lame qui touche. Elle inflige moins de dégâts dans le cas contraire.

En pratique : comme avec Dr. Mario, plus besoin de faire attention à la distance qui sépare Lucina de sa cible ; les dégâts seront les mêmes. J’ai d’ailleurs remarqué que Lucina, contrôlée par un ordi de niv. 9, a un taux de victoires plus élevé que Marth, dans les mêmes conditions. S’ils étaient des clones parfaits, ils auraient des performances équivalentes. Bref, la règle n°2 n’est pas vérifiée.

Conclusion : Marth et Lu– un instant… *branche le mégaphone* Marth et Lucina ne sont pas des clones !

6

Lucario et Mewtwo

J’ai noté que des fans de Super Smash Bros. Melee (et les rageurs) avaient pas mal râlé (ragé) au sujet du Lucario de Super Smash Bros. Brawl car ses coups ressemblaient pas mal à ceux du Mewtwo de l’époque, et il y en a qui n’ont toujours pas digéré aujourd’hui. Je suis désolé mais la nostalgie ne peut pas tout justifier (encore moins un coup de rage). Pour les versions Nintendo 3DS et Wii U, c’est pareil !

Ce sont évidemment deux Pokémon différents : pas le même type, pas de la même génération, Lucario n’est même pas un Pokémon légendaire. Tout indique que la règle n°1 ne s’applique pas.

La puissance de Lucario est liée à son aura et augmente à force de prendre des coups alors qu’elle reste fixe pour Mewtwo. Mewtwo peut sonner un adversaire avec son attaque spéciale bas contrairement à Lucario qui profite d’un contre avec cette commande. L’attaque spéciale côté de Mewtwo peut renvoyer les projectiles énergétiques alors que celle de Lucario est une simple attaque (dont la portée est très impressionnante si Lucario est bien abîmé). L’attaque spéciale haut de Mewtwo le téléporte, celle de Lucario l’envoie à Vitesse Extrême dans une direction (et la portée augmente avec l’aura).

L’attaque spéciale neutre des deux combattants consiste à charger de l’énergie puis la relâcher sous forme d’attaque à distance. Si on met de côté l’aura de Lucario, à charge égale, elles font les mêmes dégâts et portent à la même distance. Ce qui change ? Pendant la charge, la Ball’Ombre de Mewtwo est complètement inoffensive tant qu’il ne l’a pas relâchée, contrairement à l’Aurasphère de Lucario. Pour résumer : les attaques spéciales des combattants ne fonctionnent absolument pas pareil.

Le Smash final de Mewtwo le fait passer temporairement en Méga-Mewtwo Y et il lance automatiquement une attaque dévastatrice à ses adversaires avant de reprendre rapidement sa forme normale. Lucario, lui, passe pendant une dizaine de secondes en Méga-Lucario, profitant d’un niveau d’aura maximal et lui permettant de ne pas réagir sous les coups, tout ça en étant toujours sous le contrôle du joueur. Autant de différences majeures font que la règle n°2 ne s’applique pas.

Fans de Melee (et rageurs), il va falloir l’admettre un jour : Lucario et Mewtwo ne sont pas des clones !

7

Mii et Little Mac/Link/Samus

L’objectif est de comparer le Boxeur Mii, l’Épéiste Mii et le Tireur Mii respectivement avec Little Mac, Link et Samus. Pour commencer, tous ces personnages ne viennent évidemment pas des mêmes séries : les Mii débarquent de la console Wii, Little Mac de Punch Out!!, Link de The Legend of Zelda et Samus de Metroid. Exit la règle n°1.

On a vite l’impression que les Mii piochent des attaques chez d’autres personnages. Mais je n’en suis pas si sûr : par exemple, le Boxeur Mii a de bien meilleures capacités de récupération que Little Mac et les techniques d’épée de l’Épéiste Mii sont plus développées que Link.

Autre détail important, et c’est ce qui fait le charme des combattants Mii, ils sont personnalisables de façon plus poussée que tous les autres combattants (sauf Palutena) : chaque attaque personnalisée n’est pas qu’une simple variante de l’attaque par défaut. Et contrairement à tout autre personnage, leurs attaques personnalisées sont d’ailleurs utilisables même si l’option Personnalisation est désactivée dans le mode auquel vous jouez. Bref, la règle n°2 ne s’applique pas.

Conclusion : Les Mii ne sont les clones d’aucun combattant !

Autres duos

Autant tout faire d’un coup : deux combattants pris au hasard (en dehors de ceux ci-dessus) viennent parfois de la même série, mais ça ne va jamais plus loin. La règle n°1 n’est pas respectée. Pour les coups, la démonstration est quasi-immédiate : on a au grand maximum une ou deux attaques identiques… sur des dizaines ; c’est loin d’être suffisant. La règle n°2 n’est pas respectée.

Conclusion : Aucun clone pour toute autre combinaison de deux combattants.

Dernier détail qui concerne l’ensemble des combattants : chaque provocation est unique. Ne pas s’en servir en combat ne veut pas dire qu’elles n’existent pas et doivent à ce titre rentrer en compte. Ce qui semble être de la décoration vient au final contredire l’idée qu’il y a des clones.


Le verdict

Il n’y a plus qu’à compter. Et le verdict semble assez clair : après analyse, sur les 49 (+2) personnages, le nombre de clones s’élève à…

ZÉRO !

J’aimerais d’ailleurs préciser que si on testait uniquement la 2ème règle, on aurait le même résultat. Nous l’avons vu à plusieurs reprises, une infime différence dans les attaques peut changer la façon de contrôler le personnage. De même, une accumulation de plusieurs petites différences finit par donner une grande différence à la sortie. Dans les deux cas, la notion de « clone » perd son sens.

Les développeurs d’une série aussi prestigieuse que Super Smash Bros. n’ajoutent jamais de personnages à la va-vite et les travaillent autant que nécessaire : il fallu plusieurs mois d’attente rien que pour Mewtwo entre son annonce en novembre 2014 et sa sortie en avril 2015, je vous laisse imaginer pour les autres. La série ayant pour but principal de croiser les séries, les développeurs cherchent à ajouter des personnages emblématiques, historiquement importants ou venant de jeux récents avant de se focaliser sur leurs coups, et ces deux étapes ne sont pas prises à la légère.

Si l’étape de recherche des personnages était bâclée, on aurait sans doute énormément de personnages, dont beaucoup n’auraient aucun rapport avec Nintendo ou même avec le jeu vidéo. Et si l’étape des attaques était bâclée, on aurait des attaques ne respectant pas les univers des personnages ou on aurait vraiment une dizaine de clones parfaits. Je pense donc qu’un joueur qui crie au scandale simplement parce que deux personnages se ressemblent beaucoup est un manque de respect envers les développeurs et montre qu’il n’est pas intéressé par les univers des personnages (ce qui est assez contradictoire avec l’esprit de Super Smash Bros.).

Si malgré tout il y en a qui sont encore persuadés qu’il y a des clones, posez-vous une simple question :

« Si ces deux personnages sont vraiment des clones, pourquoi sont-ils là tous les deux ? »

Merci d’avoir lu cet article et bon jeu à tous sur Super Smash Bros. !

Be Sociable, Share!
06mai