Vous souvenez-vous de la PlayStation?



sony

Milieu des années 1990, la guerre des 16bit fait rage dans les cours de récréation qui avaient des allures de Terre du Milieu et les jeunes joueurs que nous étions se chamaillaient pour savoir qui était le champion entre Nintendo et Sega. Un autre joyeux luron nippon arriva sur le marché français le 29 septembre 1995 avec une machine capable d’afficher de la 3D. Sortie quelques mois auparavant, il y avait déjà la confidentielle Sega Saturn qui avait tenté une incursion sur cette voie, mais cette dernière avait de meilleures prédispositions pour les productions en deux dimensions. Une 2D de haute qualité d’ailleurs capable d’afficher des jeux de combat assez incroyables (Vampire Savior: The Lord of Vampire, le légendaire Street Fighter Alpha 3). Panzer Dragoon ou encore Virtua Fighter étaient en revanche les bons élèves sur le créneau de l’avenir sur Saturn avec une 3D impressionnante. La PlayStation est la machine qui a démocratisé la 3D dans les foyers sur console de salon. Pour fêter les deux décennies de la machine qui a lancé Sony dans le game, voici une petite sélection de jeux marquants de cette époque. Il n’y aura pas que des hits très connus, mais ils auront probablement touché votre parcours de joueur entre deux parties de Nintendo 64.

SONY DSC

Twisted Metal 

Saga quasi morte en 2015, ce jeu vous plongeait dans un monde sombre et d’une grande brutalité dans lequel des véhicules équipés d’armes lourdes se retrouvaient dans des arènes bien glauques pour mettre les points sur les i (et sur les j aussi pourquoi pas). Pas de grandes promesses de gameplay mais une ambiance crade et trash qui a du briser l’enfance de certains gosses lors de sa sortie en janvier 1996.

twisted2

Une 3D assez rudimentaire lorsqu’on se replonge dans le jeu, mais les joies d’un multijoueur à deux assez jouissif. On se souvient plus particulièrement du stage rooftop et de son ciel aux couleurs dignes de l’enfer. Le jeu a pris un énorme coup de vieux de nos jours, mais c’est la première fois que la machine croisait ma route à une époque où on pouvait louer les consoles le temps d’un week-end!

twited

Wipeout

Porte-étendard de la machine en 1995, Wipeout tentait un pari osé sur le créneau des courses de vaisseaux futuristes avec une philosophie radicalement différentes de F-Zero. Armement de pointe et tracés très accidentés avec relief seront la marque de fabrique de la série. Psygnosis, le studio anglais en charge du projet a fait un effort considérable afin de créer un vrai « trip » Wipeout avec des menus design et une bande-son électro qui exploitait à fond le support CD, une somptueuse vitrine technologique pour la PlayStation.

Wipeout

La 32bit de Sony a connu trois épisodes et la série s’est poursuivie sur PlayStation 2, sur PSP mais aussi sur la N64 pour ne citer qu’elles. L’avenir de Wipeout est tristounet avec un studio de développement basé à Liverpool que n’a plus les bonnes grâces de Sony même si le géant nippon ne semble pas contre un nouvel épisode. Un peu à la manière d’un fantasmé F-Zero sur Wii U, l’arrivée d’un Wipeout sur PS4 ferait bondir les fans mais serait une véritable prise de risque de la part de Sony. Imaginez ce genre de jeu sur les machines de cette génération… dear Lord! Le salut du genre semble se trouver dans Kickstarter ce qui nous laisse un infime espoir.

w3_boh

 

Resident Evil

Dame de l’échiquier Capcom, la saga de Survival Horror mondialement connue Resident Evil a débuté sur la 32bit de Sony. Lacé de travailler sur des productions Disney 16bit, l’ambitieux Shinji Mikami bercé par l’inspiration d’un certain Alone in the Dark rend sa plus belle copie avec Resident Evil en 1996. D’ailleurs à l’occasion de la sortie de The Evil Within (le dernier projet en date de Mikami) nous avons appris qu’il y avait bien eu un arrangement entre Capcom et Infogrammes, une information bouillante qui a mis des années à sortir du chapeau. Très cinématographique pour l’époque, le titre a même connu plus tard un gros lifting sur Game Cube. Sa séquence d’introduction avec de véritables acteurs en faisait forcément une curiosité inoubliable pour nous autres Européens malgré une censure très présente.

Resident_Evil_1_cover

La suite Resident Evil 2 a débarqué un peu plus tard dès 1998 avec un jeu qui avait tous les airs d’un triple A, un blockbuster à la japonaise très apprécié des joueurs. Mikami se retrouve alors avec la casquette de simple producteur et l’extravagant Hideki Kamiya (Bayonetta) à la réalisation. Vous connaissez la fin de l’histoire avec une série qui peine à convaincre de nos jours malgré des budgets pharaoniques et un besoin de se diversifier avec des épisodes parallèles.

RE4504344_3_c6f9_ill-4504344-83e1-resident-evil-1_4e8fda41b8940d3280c32fb133f4949f

Crash Bandicoot

De nombreuses années avant Uncharted et The Last of Us, le studio californien Naughty Dog brillait sur PlayStation avec Crash Bandicoot. La société était durant les années 1980 plutôt affiliée à Electronic Arts. Genre prolifique dans les 90’s, les plateformers poussaient comme des champignon en sous-bois avec la volonté de dompter la caméra dans un environnement en 3D temps réel. Les Californiens ont choisi une toute autre direction avec un jeu aux mécaniques plus simples mais extrêmement jouable et fun, Crash Bandicoot était né en 1996 avec sa caméra fixe qui contournait le problème de bien des productions de cette génération.

crash psx_251-11297188376

Affublée d’un univers coloré et loufoque, la saga devient une championne des ventes sur PlayStation, sans doute grâce à Aku Aku et ses gimmicks incroyables. Aujourd’hui la saga s’est malheureusement perdue dans les tréfonds de cette industrie mais Jak and Daxter en est le digne héritier sans l’ombre d’un doute.

2604527-crash

Ridge Racer: Type 4

On aurait très bien pu aborder la saga de Polyphony Digtial avec les deux épisodes de Gran Turismo mais au menu pour cet anniversaire on va faire un petit tour du côté de chez Namco et de son fameux Ridge Racer: Type 4. Alors bien évidemment il ne s’agit pas du premier opus de la franchise, mais cet épisode marquait le début de la seconde vague de jeux PlayStation avec une maîtrise beaucoup plus poussée de la machine.

reiko11

 

Séquence d’introduction impressionnante, courses fluides et fun, distance d’affichage assez folle, tous les ingrédients de la conduite arcade se retrouvaient directement dans votre salon. Un titre techniquement très solide assez symbolique de cette année 1999 et du support. Il est assez affligeant d’observer la série sombrer et devenir l’ombre d’elle-même au fil des consoles…

RidgeRacerType4-8-e1298679834565

Metal Gear Solid

Si les vieux de la vieille considèrent bien souvent ce jeu comme un simple portage de l’épisode MSX, Metal Gear Solid reste le titre qui a propulsé Hideo Kojima sur le devant de la scène occidentale bien après Snatcher. 2015 fut d’ailleurs l’année du grand retour de la saga MGS dans l’actualité avec la fin des aventures de Big Boss.

1999_metal_gear_solid_sm

Konami a pu par la suite capitaliser sur ce jeu d’action/infiltration au scénario très abouti et à la mise en scène resplendissante. Le premier Metal Gear Solid est encore aujourd’hui extrêmement jouable grâce notamment à des angles de caméra parfaitement bien pensés, une belle leçon de game design. Son doublage en Français très caricatural brille dans pas mal de vidéos sur Youtube mais le jeu reste une oeuvre qui transpire l’amour du septième art. Un titre à faire d’urgence si ce n’est pas déjà fait!

Shadowmoses

Final Fantasy IX

Si la Super Nintendo était un agréable sanctuaire pour le J-RPG made in Square Enix, force est de constater que la 32bit de Sony est ensuite devenue le bastion de ce genre de jeu très prisé dans les années 1990. Final Fantasy VII a été pour beaucoup l’un des premiers RPG a franchir le seuil du cocon familial, FF IX était attendu comme le chant du signe de la PlayStation avec un hardaware maîtrisé au maximum.

gfs_50278_2_12

Le neuvième épisode de la fantaisie finale ressort très souvent dans les tops des meilleurs jeux de rôle, et ce n’est pas un hasard au vu des qualités intrinsèques de cette aventure. Comme MGS, le titre a fort bien vieilli avec une 2d précalculée soignée et d’une grande élégance.

Ff9_screenshot_fieldicon1

Medal of Honor

Encore un titre de l’année 1999 avec un début  de série remarqué sur la console de Sony, le FPS de Dreamworks se basant sur un contexte historique épineux, Medal of Honor était en quelque sorte le pionnier des Doom like à grand spectacle à l’instar des Call of Duty qui arriveront quelques années plus tard. C’est sûr qu’avec Steven Spielberg sur le projet le lien avec le monde du cinéma était plus que flagrant. Le jeu intégrait un mode multijoueur en écran splitté assez pêchu et garantissant de belles parties à l’époque où le web sur console tenait du rêve de gosse déluré.

52362-Medal_of_Honor_(G)-1

Une suite nommée Medal of Honor: Résistance arrivera juste un an plus tard développée à nouveau par Dreamworks Interactive sur la PlayStation avec une immersion chez les résistants en compagnie de Manon Baptiste. Le troisième volet sur PC collera au plus près avec la mise en scène du film Il faut Sauver le Soldat Ryan d’un certain Spielberg, la belle coïncidence!

MedalOfHonor_PSX_23

 

Fear Effect

Énigmatique jusqu’à sa sortie en février 2000, le projet de Kronos Digital Entertainment marchait sur les traces d’un Resident Evil ou d’un Dino Crises avec en prime une volonté de quantifier la peur de votre héroïne. Très typé Blade Runner dans l’esprit, c’était la première fois que du cel-shading croisait ma route puisque le soft était assez avant-gardiste de ce côté là. Parfois assez ardu, le titre qui tenait sur près de quatre CD proposant quatre zones différentes à explorer à travers ce quatuor de galettes.

hqdefault

Un second épisode sous-titré Retro Helix est arrivé un an plus tard avec une difficulté encore plus tranchante. La licence appartenant à Eidos, Square Enix posséderait à l’heure actuelle les droits de cette série futuriste, l’avenir nous dira si elle réapparaîtra un jour.

44898-fear-effect-2-retro-helix-playstation-screenshot-hana-and-rain

Legacy of Kain: Soul Reaver

Gardons le meilleur pour la fin avec une oeuvre incroyable jouissant d’une aura christique auprès d’une communauté qui serait près à tout pour voir un quatrième épisode. Les aventures de Raziel le vampire damné sont un véritable pallier avec un soft qui se joue sur deux plans, le monde des vivants et le monde spectral. Sombre, visuellement très inspiré et techniquement très abouti, Soul Reaver fait parti de ces jeux qui restent en mémoire.

Lq-pQ

Le bébé de Crystal Dynamics emprunte certaines mécaniques d’un The Legend of Zelda: Ocarina of Time tout en conservant une identité propre et plus sombre que la saga de Nintendo. Son côté inachevé dans la dernière partie de l’aventure en fait un jeu atypique, puissant et emblématique de cette génération 32bit.

srv2p2001

 

Avec un règne incroyable, des jeux cultes et des souvenirs indélébiles , la PlaySation est une machine incontournable dans l’histoire du jeu vidéo. Succès populaire qui a marqué la société, l’industrie a pris un nouveau souffle à la fois dans la distribution de biens culturels mais aussi dans la volonté de positionner le jeu vidéo au rang de média pour adulte. Un joyeux anniversaire à cette bécane mythique.

sony_playstation_logo_by_chibiprof-d2p8lfo

Ciao les amigos

 

Be Sociable, Share!
22oct