Test Bloodborne (PS4)



  • Support: Exclusivité PlayStation 4
  • Genre: Action/RPG
  • Développeur: From Software
  • Éditeur: Sony Computer Entertainment
  • Date de sortie française: 25 Mars 2015
  • Multijoueur: Exclusivement en ligne jusqu’à quatre joueurs

Bloodborne intro

From Software, studio japonais longtemps confidentiel qui a durant ces vingt dernières années alterné entre les méchas hors-normes à travers la saga Armored Core et la dark fantasy totalement assumée dans les épisodes de King’s Field. Depuis la sortie de Demon’s Souls en 2010, le studio s’est affirmé comme étant une société importante dans le paysage nébuleux du jeu vidéo. Hidetaka Miyazaki, la tête pensante et désormais l’actuel Président de l’entreprise a su matérialiser sa vision du action/RPG en prenant le marché à contre pied avec des aventures qui mettent en avant le dépassement de soi et la quête de la satisfaction personnelle. Cependant, résumer la saga des Souls (Demon’s Souls, Dark Souls I et II) à sa difficulté serait presque une hérésie, il serait plus juste de les qualifier de jeu d’observation et de patience.

Nouvelle franchise du studio portant jadis le nom de code « Project Beast », Bloodborne est la nouvelle collaboration entre From Software et Sony (Japan Studio). Une exclusivité qui tâche comme on dit dans le jargon et qui a pour ambition de succéder à la saga Souls. Avec Dark Souls III en développement en parallèle et qui est prévu pour avril 2016, on pourrait se demander qu’elle est la légitimité de ce Bloodborne? Après le trailer à couper le souffle dévoilé lors de l’E3 2014, que vaut le produit final? Ce test est écrit par un individu qui a pris pour la première fois de plein fouet la philosophie From Software.

Welcome home good hunter!

Image de prévisualisation YouTube

 Après une transfusion menée par un étrange homme d’un âge fort avancé vous vous réveillez dans la sombre infirmerie de Iosefka. Un lieu sinistre qui sera votre porte d’entrée dans Yharnam, immense citée abandonnée à son triste sort dans laquelle la population est touchée par un mal sinistre. Le joueur incarne un chasseur qui va devoir trouver l’origine de cette maladie et occire les créatures qui arpentent les rues à travers un voyage mystérieux et dérangeant.

Gerhman

L’histoire de Bloodborne ne s’impose pas d’elle-même, il n’y a en effet pas de narration classique et la curiosité du joueur va être constamment sollicitée pour plonger progressivement dans l’univers du titre. Pour cela, la description des objets et autres équipements seront une mine d’informations pour comprendre les enjeux de l’aventure. De plus, les personnages que vous rencontrerez pourront également communiquer avec vous mais leurs mots seront volontairement confus et nébuleux afin que vous soyez dans un sentiment de doute permanent. La frontière entre le bien et le mal n’est pas clair. Jusqu’au dénouement final vous ne serez jamais sûr de rien et chaque joueur se construira sa propre expérience en fonction de son interprétation et des trois fins proposées. Des choix importants jalonneront votre quête et vos actions seront irréversibles pour la suite.

BloodbornePS4Share-1

 

Cette façon de raconter une histoire laissera bon nombre de joueurs sur la touche, mais celles et ceux qui se laisseront prendre au jeu découvriront une histoire particulièrement riche et un univers dont on ne revient pas indemne. Côté mise en scène, le titre maintient une alchimie parfaite entre ce que vous voyez à l’écran et le sound design qui met notamment l’accent sur la magnificence des boss et sur la mélancolie des lieux.

Le cauchemar qu’on ne veut plus quitter!

Bloodborne 1

Première très grosse cartouche de la PlayStation 4 (The Order, on oublie?), Bloodborne prend le pari d’oublier l’univers médiéval de Dark Souls afin de vous faire découvrir une période plus moderne teintée d’architecture gothique et de style de l’époque victorienne. Un monde gigantesque et cohérent se dresse devant le chasseur que vous êtes, cet être qui a soif de découverte et de défi. Bien sûr il y a Yharnam et ses étroites rues pavées jonchées de fiacres embrasés qui vous mettront rapidement dans l’ambiance, mais le jeu va très lentement vous faire basculer dans l’horreur et dans la saleté macabre. Bourré de lieux fantastiques et doté d’un bestiaire qui hantera vos nuits, Bloodborne dispose d’une direction artistique retentissante qui transpire le travail d’illustrateurs à la fois dérangés mais surtout très talentueux et inspirés, un titre qui pue la bonne grosse prise de tête sur papier comme on apprécie ici bas!

hunter_mob

 

Pour en revenir aux monstres, chacun d’eux illustre ce fameux mal qui frappe les habitants de Yharnam avec des mutations et des animations singulières. Locaux armés de torche et de fourche, loup-garou aux griffes acérées, mutants qui feraient pâlir Jeff Goldblum dans La Mouche et bien d’autres créatures peu recommandables, vos rencontres vont perturber votre sommeil pendant de longues semaines. La variété des boss et cette volonté de maintenir un niveau de détails maximum sur les créatures et les environnements sont deux éléments importants dans la partie visuelle du jeu. En terme de character design, des personnages comme le Père Gascoigne resteront dans les mémoires pour ne citer que lui et pour insuffler un sentiment de crainte au lecteur qui posera son regard sur ces quelques lignes. Le titre traîne malgré tout derrière lui quelques tares techniques comme un pathfinding millésimé ou des bonnes chutes de framerate dans certaines zones (le Vieux Yharnam mouline) ou en multi, mais le bilan est dans sa grande majorité très positif surtout depuis le patch qui a sacrément raccourci les temps de chargement. L’outil pour créer son personnage au début est un bon moyen d’apprécier les efforts réaliser sur cet aspect. La gestion des ombres et de la lumière, les effets volumétriques et de particules maîtrises, tout est fait pour que le joueur soit immerger dans ce voyage lugubre mais d’une rare beauté.

Un bouclier, mais pourquoi faire?

Bloodborne-Gets-Some-Impressive-Gameplay-Videos-Showing-the-Cleric-Beast-Boss-Fight-476111-3

Le but du jeu est simple: avancer, collecter des échos de sang en tuant des ennemis qui vous permettront ensuite de gagner en niveau ou d’acheter de nouveaux objets. Afin de rajouter un peu de sel, la mort sera sanctionnée par la perte de tous vos échos de sang. Vous devrez alors revenir sur les lieux de votre trépas avec prudence afin de récupérer votre butin au sol ou sur l’ennemi qui l’aura dérobé. Une mécanique déjà présente dans Dark Souls notamment et qui n’est pas sans rappeler un certain Diablo II. La mort fait parti de l’architecture du jeu et vous pousse à faire preuve d’une grande prudence. Au début de l’aventure il vous faudra choisir l’origine de votre héros, un stratagème qui va surtout déterminer vos points d’expérience pour bien débuter.

Image-bloodborne-screen-36d hunter's dream

 

Le Rêve du Chasseur est le cousin hub dans lequel vous pourrez faire vos emplettes, évoluer mais aussi voyager. En clair vous allez y passer du temps!

C’est sur le système de combat que Bloodborne prend à contre pied ses aînés avec l’absence de bouclier dans votre attirail du parfait chasseur. Plus vif, plus nerveux et nécessitant un bon sens du timing, le pari est culotté mais complètement réussi avec des joutes jouissives et exigeantes. Les commandes se calent sur l’héritage des Souls avec un système à deux mains réparti sur chaque côté du pad PS4. Dans l’une vous portez une arme blanche (ou un marteau pourquoi pas) et dans l’autre vous pouvez tenir une arme à feu qui vous servira à contrer vos assaillants. La configuration de vos mains est très libre, c’est à vous de choisir votre voie. Votre tenue a également beaucoup d’importance surtout lorsqu’on sait que les ennemis et le décors peuvent altérer votre état de manière régulière (empoisonnement, attaques élémentaires, cette satanée folie etc…).

maxresdefault (1)

Tout est une question de timing et vous devrez user de la manipulation d’IA pour contrer les bonnes attaques sans prendre top de dégât!

Si vous perdez de la vie, il vous sera possible d’en regagner une petite partie instantanément en lançant une contre-attaque rapide juste après l’assaut de l’ennemi. Un raccourci permanent dédié pour les fioles de sang vous permettra de vous soigner facilement sans griller un précieux emplacement de l’inventaire rapide. Le fameux backstab permet d’ailleurs d’infliger de lourd dégâts à quelqu’un en se faufilant discrètement dans son dos et en l’attaquant avec un coup lourd puis avec une pression sur R1. Les subtilités du système de jeu sont nombreuses et ses richesses se dévoileront au fil de vos échecs. La caméra a parfois tendance à valdinguer lors des combats, cela survient notamment lorsque le lock perd un peu la piste d’un ennemi de taille conséquente de type « boss qui tente d’altérer votre intégrité physique »!

BB_Nov202014_09

Si les commandes vous sont distillées au début, de nombreuses choses seront à découvrir pour vous vous en sortir dans l’aventure, notamment au niveau de l’utilisation des objets. La statistique nommée lucidité est une nouvelle venue dans la série et sera incontournable pour le multi et pour accéder à certaines options du jeu. L’évolution des armes permet de se faire un personnage adapté à son style de jeu mais il faut savoir que les armes à feu restent plutôt des mécaniques défensives. L’endurance qui détermine le nombre de coups que l’on peut donner avant de s’épuiser et la statistique à surveiller comme le lait sur le feu. Les builds possibles sont cependant moins variées que dans un Dark Souls et la magie y est aussi moins présente car liée au munitions des armes à feu. Malgré cela, ce système basé sur les contres et les esquivent fonctionnent du feu de dieu!

Cursed beast

doll_1427135257

 

Une mystérieuse poupée…

Vous avancez, rythmé par l’unique fracas de vos pas sur le pavé dans un monde sombre, menaçant et inconnu. Le vent hurle à travers les battisses et les gémissements des créatures putrides vous somment de ne pas traîner plus longtemps ici. Une porte avec un brouillard est à portée et vous la traverser sans savoir ce qu’elle cache. C’est alors que la magie de la bande-originale vous propulse au sommet d’un affrontement épique face à une créature plus forte que vous, plus grande que vous et qui vous lance des attaques surpuissantes.

Bloodborne-6-Min-GC14-Demo

Bloodborne met le paquet sur les boss avec des musiques orchestrales qui vous poussent à vous dépasser (la Cleric Beast en est l’exemple parfait). Certaines mélodies comme Terror ne sont pas sans rappeler le main theme de Wolfman (voir Mugen Movie Show: Episode 14) ou encore la composition du Monstre Affamé (Blood Starved  Beast) qui puise dans le registre classique de l’épouvante. La vélocité des instruments laisse également la place à une mélancolie qui touchera celui ou celle qui saisira toute les strates de l’histoire, qui s’appropria ses enjeux. Les ennemis vous hurleront dessus dans un Anglais parfait et certains PNJ sont doublés par des personnalités du septième art (Derrière Mikolash se cache Ryan Gage qui interprète Alfrid à partir de la Désolation de Smaug). La soundtrack de Bloodborne arrive à alterner les silences pesants lors de l’exploration et les compositions chargées de chœurs, du gros boulot! A savoir qu’un doublage en Français plutôt soigné est également disponible, mais vous échapperez aux accents remarquables qui sont proposés en version originale car il faut savoir que même au Japon le titre est également complètement dans la langue de Shakespeare dans un un souci d’immersion totale et de cohérence!

This is a damn curse

Bloodborne Co-op 1(1) tombe

 

Les Donjons Calice sont ouverts au multijoueur

Oui From Software a créé un univers gigantesque mais une grande majorité  des zones sont optionnelles et pas nécessaires à la trame principale. La nébulosité de l’intrigue ne vous permet pas de savoir si vous êtes en train de visiter une zone primordiale pour faire avancer le scénario, toujours dans cette volonté de perdre le joueur dans ce monde inhospitalier. Une fois que l’on connait le cheminement, Bloodborne peut se boucler en une bonne quinzaine d’heure, mais votre premier run va vous conduire dans des zones dangereuses pour lesquelles vous ne serez pas encore bien préparé. Dans une optique de visiter à fond le jeu et parce qu’il est difficile de le lâcher, il aura fallu près de 120 heures pad en main pour réaliser ce test (100h en new game et 20h en new game+). Le titre est un jeu exigent mais rarement cruel qui mise avant tout sur votre faculté à rester prudent. Joueurs impatients et pressés, cette aventure n’est malheureusement pas faite pour vous.

bloodborne-beckoning-bell-1024x573

Un objet indispensable pour celui ou celle qui souhaite se lancer dans le multijoueur

Tout comme dans les Souls, le multi est complètement ancré dans l’histoire du jeu et n’a pas vraiment d’espace dédié. Au sol vous pouvez trouver des mots au sol laissés par la communauté à base d’indice ou de malveillances manifeste! Vous pourrez d’ailleurs vous-même vous lancer dans l’exercice de la rédaction sur pavé! La possibilité d’observer le spectre d’un joueur mort est un bon moyen de voir si la zone comporte un danger ou pas. A l’aide d’un système de cloche vous pourrez utiliser vos points de lucidité (un peu comme l’humanité de Dark Souls) afin de faire appel à un joueur pour vous prêter main forte dans une région dans laquelle vous n’avez pas encore terrassé le boss. Trois invités peuvent débarquer dans votre partie mais cela risque de faire raisonner une cloche sinistre qui appâtera un joueur qui tentera de vous réduire en charpie. Un système de mot de passe permet même de jouer entre amis. On peut donc obtenir un petit coup de pouce mais c’est une manœuvre à double tranchant. Aider les autres est cependant un excellent moyen pour gagner des échos de sang et donc de faire évoluer votre personnage en gagnant au passage de la lucidité. Envahir le monde d’un autre joueur est également envisageable afin de nuire un maximum alors qu’un joueur a besoin d’assistance, ça marche dans les deux sens.

txuy0nneiixayakn4aes

Attention, quand vous aidez quelqu’un votre vie et votre défense sont au raz des pâquerettes et un boss pourra vous tailler en pièce en quelques coups, par contre la récompense sera joufflue!

 

Dans ses builds, Bloodborne est moins dense et moins complexe qu’un Dark Souls (exit le poids de votre équipement par exemple), mais il reste tout aussi exigent avec un contenu d’envergure. Les Donjons Calice générés de manière procédurale seront un bon moyen de prolonger votre expérience de jeu si vous en redemander encore, avec notamment la possibilité de les forger selon la difficulté de votre choix! Les quêtes de personnage non-jouable sont toutes très intéressantes mais nécessitent de vraiment faire attention car attaquer un PNJ est irréversible. La notion de serment, quant elle, est moins poussée que dans un Souls avec un nombre de trois qui scénariseront en quelques sortes vos affrontements en multi.

maxresdefault (2)

Derrière cette porte se cache l’enfer…

Verdict:

Points forts: Atmosphère complètement maîtrisée, direction artistique imparable, réalisation détaillée, level design qui te cloue le bec, concept de narration participative très réussi, la bande-originale et le sound design, boss magnifiés

Points faibles: Le pathfinding et les bugs de collisions, la fluidité qui a un peu d’asthme parfois, caméra parfois capricieuse, comprendre le fonctionnement d’un multijoueur qui met un peu de temps à devenir accessible, serment difficile à appréhender

Bloodborne est une incitation à cauchemarder qui montre la toute puissance des dessinateurs de chez From Software. Le gameplay est au cœur du jeu et pour progresser il vous faudra forcément tout connaitre par cœur et au fur et à mesure vous allez vous imprégner de chaque endroit, mémoriser les patterns de chaque ennemi et constamment repenser au dernier boss que vous devrez faire tomber. Bloodborne c’est aussi cette narration participative qui vous prouve par A + B qu’un jeu n’est pas forcément un rail mais un médium qui peut sortir des sentiers tracés par le cinéma avec ses propres codes pour raconter une histoire. Pour celles et ceux qui ont été abreuvés par l’école du gameplay et qui ont cette sensibilité à la dark fantasy, vous avez en face de vous le jeu de l’année servi avec ses quelques défauts.L’extension The Old Hunters arrive dans deux jours précisément et nous verrons où vont nous emmener les développeurs dérangés de From Software.

En bonus voici le theme de la Cleric Beast issu du making of du jeu, juste histoire de vous plonger dans l’ambiance encore un peu plus:

Image de prévisualisation YouTube

hpetbom

Ciao les amigos!

 

 

Be Sociable, Share!
22nov